La production de parements prend du volume

La production de parements prend du volume

Après avoir mis l’accent sur l’extraction et l’aménagement de leur carrière de schiste durant de nombreuses années, Les Ardoisières d’Herbeumont ont renforcé récemment leur capacité de production. L’entreprise a installé une nouvelle ligne de fabrication de parements automatisée lui permettant de doubler la production.

Les Ardoisières d’Herbeumont situées dans les Ardennes belges ont été réouvertes en 1999 par Benoît Pierlot et Michel Bouvy
respectivement chargé l’un de la direction et l’autre de la technique. Après avoir dû traiter les tonnes de terrils laissées sur le site
par les anciens propriétaires, et de réaménager la carrière de façon plus rationnelle, les deux hommes se sont lancés récemment
dans un nouveau défi : améliorer les capacités de production. “Depuis plusieurs mois la carrière est dans la configuration que
nous avions souhaitée. C’est-à-dire que nous avons désormais plusieurs fronts de taille. Nous ne sommes jamais bloqués et si nous
sommes dans une mauvaise faille nous avons toujours de la bonne matière d’un côté. Une carrière c’est comme une mine d’or, il ne
faut jamais épuiser le filon avant d’en découvrir un autre”…rappelle Michel Bouvy.

En arrivant sur les bons bancs,l’extraction s’effectue d’abord à la poudre noire pour décoller la masse dans les failles, au pendage
de 45°,délitées régulièrement. D’une hauteur de 30 à 45 m, les fronts de taille de la carrière sont travaillés au brise roche monté
sur une nouvelle pelle Volvo de 38 t. Une fois la matière désolidarisée de la masse, elle est chargée au godet dans un nouveau
tombereau JCB de 18 tonnes. Les blocs sont quant à eux mis de côté.

Un rendement accru

85 à 90 % de la production de schiste sont traités pour obtenir différents produits plus ou moins manufacturés. Les gros blocs “marbrerie” représentant environ 15 % de la production de la carrière, sont commercialisés directement ou destinés aux paysagistes pour l’aménagement de jardins principalement. Les blocs de plus petites tailles (30%) sont réservés pour usage interne.                 Après débitage primaire, ils sont clivés manuellement et transformés en dallages, couvre-murs, marches d’escalier, etc. Les chutes de cette production sont ensuite concassées. Les pierres de parements représentent quant à elles 55 % de la production totale.
Les formats sont de 20 à 60 cm de long, de 5 à 15 cm de haut et de 8 à 20 cm de largeur à la demande. Pour gagner en productivité et en souplesse de travail, Les Ardoisières d’Herbeumont ont donc construit une nouvelle ligne “maison”. La matière est vidée dans un crible qui automatiquement la divise en trois sous-produits. Le 0/150 dédié au concassage ou stérile selon la teinte, tombe directement sous la trémie. Le 150/200 duquel sont issues les plaquettes pour des murs à sec et du moellon, est trié manuellement
et transporté sur un premier tapis. La matière de 200 mm et plus, est quant à elle dirigée vers une ligne parallèle où sont installées deux abouteuses permettant de scier à dimension parements, têtes de murs, pas japonais, etc.
Tous les déchets sont évacués sur d’autres tapis vers l’unité de concassage. Ceux-ci sont transformés ensuite en copeaux de
schiste déclinés en trois catégories 0/15, 15/30 et 30/60 mm. “Il a fallu trouver une solution car la demande en parements, qui
est notre produit phare, s’accroissait régulièrement et inévitablement nos délais s’allongeaient. Auparavant il nous fallait entre
trois et quatre mois pour honorer une commande contre une dizaine de jours actuellement. ” Nous sommes passés d’une production quotidienne moyenne de 50 à 100 m2 de parements avec le même nombre de personnes” précise Benoît Pierlot.

Après dix ans d’activité, les Ardoisières d’Herbeumont semblent aujourd’hui avoir trouvé leur rythme de croisière. Ce n’était pas évident au départ, peu de personnes ont cru à la réussite de cette aventure humaine et professionnelle. Le binôme Benoît Pierlot
et Michel Bouvy responsable technique fonctionne tout à fait. Et après avoir redonné des couleurs à la carrière de schiste, ils
se donnent les moyens aujourd’hui de poursuivre le développement de leur entreprise en améliorant sa productivité.